Post header

Les bonnes et les mauvaises graisses

Aujourd’hui, la France compte plus de 8 millions d’obèses en France. En 25 ans, le nombre de personnes atteintes d’obésité a doublé et les chiffres ne font qu’augmenter. Au banc des inculpés, on trouve en première ligne : les matières grasses. Même si ces dernières sont essentielles au bon fonctionnement de notre organisme, il est essentiel de différencier les bonnes graisses des mauvaises.

I) Le rôle des matières grasses dans l’organisme

Avant de différencier le bon et le mauvais gras, il est essentiel de déchiffrer le rôle des matières grasses dans le bon fonctionnement de notre anatomie. Ces dernières, jouent un rôle dans la composition des membranes cellulaires de la majorité de nos tissus. Dans un second temps, elles fournissent les vitamines A, D, E, et K et participent à l’isolation thermique corporelle. Par conséquent, ôter totalement les matières grasses de son alimentation serait une erreur.

Maintenant, que l’on sait que les matières grasses sont indispensables, nous pouvons nous demander, mais lesquelles exactement ? Sont-elles toutes bienfaisantes ?

II) Les bonnes graisses

Les « bonnes graisses » sont les graisses insaturées. Ils sont indispensables au bon fonctionnement des systèmes circulatoires, hormonaux, immunitaires et nerveux. Au sein de cette catégorie, on trouve les omégas 3, 6 et 9 qui se trouvent sous la forme liquide à la température ambiante.

Les oméga 3 et 6 sont des acides gras « essentiels ». En effet, ils sont importants pour notre santé grâce à leur effet protecteur du cœur. Au-delà de cet effet protecteur, elles régulent la pression artérielle et ont un effet anti-inflammatoire. Cependant, notre organisme ne les fabrique pas lui-même.

Quant aux oméga 9, ces derniers sont des acides gras qui ne sont pas essentiels pour notre organisme. Néanmoins, ils ont pareillement des effets bienfaisants sur notre santé. Effectivement, un contrôle de la glycémie ainsi qu’une protection du système cardio-vasculaire.

Voici quelques exemples d’aliments riches en bonnes graisses : Les fruits à coque, les poissons gras (saumon, truite…), l’avocat, l’huile d’olive etc..

III) Les mauvaises graisses

Concernant les mauvaises graisses, on différencie deux catégories différentes : les graisses saturées et les graisses trans.

Les graisses saturées, se présentent sous forme solide et ont en général une origine animale telle que le beurre ou encore les graisses de bœuf. Cependant, ces graisses peuvent avoir une origine végétale telle que l’huile de coco ou encore l’huile de palme. Malgré le fait qu’elles détiennent une place au sein de notre alimentation, il faut limiter leur consommation. En effet, une surconsommation peut provoquer des conséquences non-négligeables sur la santé. Effectivement, elles augmentent le taux de mauvais cholestérol.

Les graisses trans sont en majorité d’origine industrielle et ont des effets fatals reconnus sur l’organisme. Ce type de graisses se trouve dans les gâteaux industriels ou encore dans les aliments ultra-transformés. Ces dernières provoquent une augmentation du taux sanguin de mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) tout en dégradant le taux de bon cholestérol (de HDL-cholestérol). Cette variation de courbe augmente considérablement le risque de contracter des maladies cardio-vasculaires. 

En conclusion, les graisses occupent une place centrale et importante dans le cadre d’une alimentation saine. Cependant, celles-ci ne sont pas toutes identiques et certaines sont meilleures que les autres pour la santé. Par conséquent, il s’agit donc de différencier avec attention les différentes sortes de graisses afin de bénéficier des  vertues.